Ateliers

Accueil / Ateliers

Le 28 février 2023.Une vingtaine d’adhérents de la SHA se sont retrouvés au fruticetum de l’Arboretum Gaston Allard, pour un atelier taille des hydrangea. Sur les conseils de Dominique Veger, ancien responsable de l’Arboretum et de David Petitclair,.actuel jardinier en chef,sécateur en main, les participants ont pu mettre en pratique leurs pertinentes recommandations: taille d’éclaircissement et suppression des vieux bois sur les hydrangea macrophylla, taille de formation des hydrangéas paniculata, taille plus modérée des hydrangea arborescens  aspera et petiolaris.

Lire la suite

Quelques potagistes se sont retrouvés dans la serre de Christian Crepin pour un atelier semis. Les participant(e)s ont semé des graines de tomates en plaques alvéolées. Après un remplissage des alvéoles avec le terreau de semis, tassage et une égalisation avec une planchette, il ne restait plus qu’à semer les graines et nettoyer d’un coup de balai avant l’arrosage en nébulisation.

Conseil de Christian : la couche de terreau au-dessus de la graine ne doit pas être supérieure à la hauteur de la graine.

L’idéal est de mettre du terreau de rempotage au fond du godet de semis et finir avec le terreau de semis. La plantule pourra ainsi se nourrir une fois que les racines seront développées.

Lire la suite

Une trentaine d’adhérents se sont retrouvés chez Dominique et François Clement pour un atelier taille de rosiers animé par Jérôme Chéné dirigeant des pépinières Loubert. Les conseils prodigués par ce spécialiste des roses anciennes ont été très appréciés. Il ne reste plus aux participant(e)s qu’à les mettre en pratique  dans leur propre jardin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les  » Roses Loubert » sont partenaires de la SHA

https://www.pepiniere-rosesloubert.com/

 

 

Lire la suite

Cet atelier animé par Jean-Yves Caillard avait pour but de donner quelques conseils pratiques pour l’hivernage de certaines plantes qui ne peuvent rester en extérieur. Cette opération ne concerne que les plantes dites « non rustiques », c’est à dire celles qui mourraient si elles restaient dehors. Bien sûr, ces plantes ne sont pas les mêmes selon que vous habitiez le grand Nord ou les tropiques, mais nous resterons sous le climat de l’Anjou !

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Yves a commencé par « déshabiller » puis rempoter un magnifique fuchsia en vu de son hivernage. La plante avait perdu de sa superbe mais c’était pour la bonne cause. L’entretien pendant cette période est minimal : il faut tout simplement arroser suffisamment pour que le terreau ne s’assèche pas complètement. À cette fin, un arrosage par mois est habituellement suffisant. À la fin de mars ou en avril, rentrez les plants dans la maison ou dans une serre chauffée, les plaçant au plein soleil. Recommencez alors à arroser plus assidûment, ce qui provoquera assez rapidement un début de croissance. À mesure que les feuilles repousseront, les besoins en arrosage augmenteront et bientôt il faudra arroser vos fuchsias autant que toute autre plante d’intérieur. Quand la croissance reprendra, vous pourrez commencer à les fertiliser de nouveau aussi. Avec ce traitement, vos fuchsias seront en pleine croissance, voire en début de floraison, juste à temps pour leur saison estivale que vous leur ferez passer en plein air, de préférence à la mi-ombre.

Puis ce fut le tour des pélargoniums et bégonias de passer sous la lame du sécateur. Pour les pélargoniums, avant de les remiser, quelques soins sont nécessaires. Dans un premier temps, il est conseillé de couper toutes les tiges et les fleurs fanées. Puis, rabattez l’ensemble des tiges à une dizaine de centimètres de haut, même si elles contiennent des fleurs. Cette taille drastique est importante. C’est elle qui va donner de la vigueur à la plante pour la saison suivante. Rempoter les pélargonium taillés dans des pots et les conserver au frais à la lumière tout en gardant le substrat frais.

Pour les bégonias, nettoyer les tubercules, puis les entreposer dans un contenant  sur une couche de tourbe horticole, de vermiculite ou de sciure de bois. Ensuite recouvrez les de ce même produit par la suite. Il est sage d’inspecter les tubercules une fois par mois. Retirer tout tubercule qui montre des signes de pourriture. Si le tubercule semble rétrécir et s’assécher, le vaporiser légèrement avec de l’eau et il regonflera.

Après cette mise en pratique, ne nombreux échanges ont eu lieu sur les plantes qui nécessitent une protection hivernale : lantanas, bacopas, bidens, dipladenias, gloriosas, pervenches de Madagascar, solanums, clerodendrons, bougainvilliers, abutilons, etc, sans oublier les agrumes.

 .

 

 

 

Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet atelier s’est déroulé au jardin potager du château Colbert à Maulévrier et animé par son chef jardinier, Mickaël Vincent. Celui -ci nous a fait découvrir ce magnifique potager qui a reçu pour la deuxième fois le Grand prix du concours SNHF. Diversité des légumes, méthodes de culture simples et pragmatiques héritées de ses grands parents. Le but de cet atelier était surtout de découvrir les fleurs qui pouvaient se déguster en apportant une touche soit de couleur au plat soit d’originalité dans le goût. Il est vrai que Mickaël est le fournisseur privilégié du chef du restaurant du château Colbert. Tous les légumes sont au menu du restaurant alliant fraîcheur et diversité. Après de nombreux échanges sur les modes de culture et l’intérêt de tel ou tel légume ou fleur, le groupe de la SHA à pique-niqué sur place. Le pique-nique fut agrémenté d’une salade concoctée par Mickaël avec bien entendu quelques fleurs dans la présentation.

 

Merci à Mickaël pour cette matinée fort instructive et nous encourageons tous ceux qui ne connaissent pas ce jardin à y faire une visite non seulement pour la qualité de ce potager mais aussi pour échanger avec son chef jardinier passionné et passionnant.

 

 

 

 

 

 

Et voici le quinté gagnant :

Lire la suite

Le paillage est une technique qui consiste à couvrir de paillis le sol situé autour des plantes et autres végétaux cultivés. Il peut être appliqué partout dans le jardin, que ce soit autour des plantes en pot, des fruitiers du verger, des légumes du potager ou au niveau des plantes et des fleurs en tous genres. Cette technique peut même être utilisée dans les massifs de plantes annuelles ainsi qu’au pied des jeunes arbustes, arbres et plantes ornementales de haies.

Le paillage présente de nombreux avantages. Déjà, il maintient le sol humide en limitant l’évaporation, particulièrement en été. Cela permet d’éviter d’arroser constamment même en plein soleil. En période hivernale et de fortes gelées, les souches des plantes restent protégées du froid. Il fournit aussi de meilleures conditions de croissance aux plantes au niveau du sol, surtout avec le paillis végétal. Celui-ci se décompose effectivement avec le temps et enrichit le sol de nutriments. Cette technique évite également le développement des mauvaises herbes. Elle réduit le compactage de surface et son érosion due à la pluie et aux arrosages. En évitant les éclaboussures de boue, elle permet même de garder les plantations et les fruits propres.

Il existe trois sortes de paillage pour le sol :

  • Le paillis organique : tontes de gazon, copeaux de bois, feuilles mortes, petites branches, paille.
  • Le paillis minéral : billes d’argile, pouzzolane, morceaux d’ardoise, de poteries ou de briques, galets, écorces.
  • Le paillis synthétique : bâche ou toile de paillage, feutre géotextile.

Selon le type de paillis, il faut parfois mettre une couche épaisse de 5 cm minimum pour un bon recouvrement. Certains sont plus volatiles que d’autres et restent moins facilement en place. Vous devez donc choisir celui qui est le plus pratique pour vous : du paillis longue durée ou du paillis plus esthétique. En outre, certains paillages nourrissent le sol en plus de le protéger.

Yves Leguennec et Yves Porcher ont donné les avantages et les inconvénients de chaque type de paillage. ainsi que les conditions d’une bonne utilisation. Chacun a pu échanger sur ses pratiques habituelles. Un document a été remis à chacun des participants.

Lire la suite

Une quinzaine d’adhérents se sont retrouvés au conservatoire de pommiers et de poiriers des croqueurs de pomme situé à Saint Sylvain d’Anjou. Michel Oger, président des croqueurs de pommes et André Rousseau-tailleur émérite, nous ont accueilli pour une initiation à la taille des fruitiers.

Après la visite de leur pépinière, le groupe s’est dirigé vers le conservatoire pour une démonstration de taille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrairement à d’autres espèces qui fructifient sur le bois de l’année (pêcher, abricotier…), les pommiers et poiriers organisent à l’avance leur fructification, les fruits n’apparaissant que sur du bois âgé de 2 ou 3 ans. La taille des poiriers et pommiers est un geste qui demande des connaissances et un bon coup d’oeil et…de bons outils. Après les rudiments de la taille, nos hôtes nous ont ouvert le grand livre de la taille avec son alphabet : l’oeil à bois, les gourmands, la brindille couronnée, l’oeil à fleur ou lambourde, le dard et la bourse.

Et après quelques démonstrations et conseils voici le résultat:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci aux croqueurs de pommes de nous avoir accueilli et rendez-vous pour d’autres aventures dans ce conservatoire.

Pour en savoir plus sur les croqueurs de pommes de l’Anjou, cliquez sur le lien ci-dessous :

http://www.croqueurs-anjou.org/

 

 

Lire la suite

Une dizaine d’adhérents se sont retrouvés aux jardins familiaux de la Reux à St Barthélémy d’Anjou pour un atelier sur les nichoirs à insectes, atelier conduit par Yves Porcher. Après une partie théorique sur les bienfaits de ces nichoirs  sur les insectes que nos jardins peuvent accueillir, chacun a pu fabriquer un nichoir à insectes qui pourra accueillir des pontes d’auxiliaires à l’aide d’une boîte de conserves, des tiges de cardère, un peu de rafia et un…bon sécateur..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arbre qui devrait être dans tous les grands jardins : le sureau. Ses tiges remplies de moelle, sont très utiles pour fabriquer des nichoirs à insectes.

De plus ses fruits sont très appréciés des oiseaux du jardin et du jardinier (confitures, vin etc).

Pour tout savoir sur cet arbre, voici un livre très documenté sur cet arbre compagnon de l’homme depuis des millénaires.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Une quinzaine d’adhérents ont été reçus par Isabelle et Jérôme Chéné aux Rosiers sur Loire pour un atelier de greffage de rosiers anciens ( cf conférence du 23/01/2020). Cet atelier a eu lieu sur un des sites de production des pépinières Roses Loubert reprises en 2006 par Jérôme Chéné.

Parcelle de portes-greffes Rosa Laxa

 

Prélèvement du greffon                                                   Insertion du greffon

 

Greffon positionné                                                          Mise en place de la protection de la greffe

Vous pouvez voir deux videos en cliquant sur les liens ci-dessous :

écusson1

écusson2

 

Ceux qui le désiraient ont pu mettre en pratique les conseils de Jérôme Chéné.

Après cet atelier, le groupe à déambulé dans une parcelle voisine où étaient cultivés des rosiers anciens greffés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Isabelle et Jérôme Chéné pour leur accueil et leurs conseils techniques très appréciés.

 

Lire la suite