21/06/2018
  • Société d'Horticulture d'Angers
samedi 16 juin 2018

Visite d’un jardin privé à Montjean sur Loire:

Ce jardin est l’œuvre d’un passionné du végétal.  Plusieurs jardins se succèdent. Le premier nommé « jardin d’accueil et de symboles » ouvre la voie au « jardin d’art topiaire », puis  au « jardin marocain » qui fait la transition vers le « jardin austral » en passant par le « jardin italo-grec » et le « jardin mexicain ».

 

 

 

 

 

 

Puis vient le jardin médiéval avec ses quatre parties: l’herbolarius, l’hortus, le viridarium et le bouquetier

 

 

 

 

 

 

A noter un jardin d’inspiration japonaise, entouré d’une pelouse rénovée avec  festuca glauca.

Parmi l’immense variété végétale de ce jardin, il est à noter la présence d’un Magnolia acuminata »butterflies », Quercus suber, Ulmus ‘jacqueline Hillier’, Acer palmatum dissectum ‘tamukeyama’, Pinus nigra paricio corsica, et le rosier liane ‘ Bobbie James ‘ .

 

 

La visite s’est terminée sur une délicieuse dégustation d’épinette avant d’aller pique-niquer au site de Courossé à la Chapelle St Florent.

 

Parc du château de la Baronnière :

Le château du XIXème siècle, construit près des ruines du château renaissance du général vendéen Bonchamps est entouré d’un superbe parc. Ce parc redessiné dès 1838 par André Leroy sur un espace d’environ 20 ha, fait l’objet d’une restauration.

Anne du Boucheron, propriétaire du lieu nous a accueilli au château, puis nous a fait visiter la « Cour Carrée » qui comporte des éléments du XVIIème siècle. D’après la tradition orale, le puits, dit « puits aux bleus », contiendrait des corps de républicains.

 

La boulangerie

 

 

 

 

 

Puis notre guide nous a fait découvrir le jardin abritant plus de 500 variétés et qui a été redessiné en forme d’amphithéâtre. Dans ce jardin, conduit au naturel, tout est conçu pour développer la biodiversité. Une serre permet de préparer les plants pour le printemps.

A noter parmi toutes les variétés : Senecio candidans’Angel wings’, Rosa’Opalia’ et Pachystegia insignis.

Le long d’un mur, à l’ombre de kiwis, poussent de nombreuses plantes aromatiques qui ont fait l’objet de d’une dégustation « in situ ».

 

 

 

 

 

 

Parc du château du Martreil :

Après l’accueil au château par M. de Romans, le groupe a déambulé dans le parc d’une superficie de 35 hectares, dont 12 de prairies, 3 de bosquets et 20 de bois, le parc à l’anglaise entourant le château du Martreil a conservé sa composition d’origine. Il recèle de quelques 90 espèces d’arbres tant indigènes qu’exotiques : chênes, cormiers, liquidambars, plaqueminiers et tulipiers de Virginie, mais aussi cèdres du Liban, platanes d’orient, pins de l’Himalaya. Il a malheureusement souffert de nombreuses tempêtes dont celle de février 2016.

 

 

 

 

 

 

 

Cette journée de visites a laissé de très belles images de nature en souvenir. Merci à tous ces passionnés qui œuvrent pour remettre en valeur tout ce patrimoine naturel et qui permettent à de nombreuses espèces animales et végétales d’y trouver un refuge salutaire.

Merci de nous partager et de nous suivre :
6