26/06/2019
  • Société d'Horticulture d'Angers
Famille des Hydrangéacées

« Celui qui trace un jardin ne devrait jamais oublier d’y mettre un seringat (ou seringa) (Philadelphus coronarius)». Le Philadelphus* est cultivé depuis toujours dans tous les vieux jardins campagnards ou citadins. Le seringat, s’il n’avait aucune prétention ornementale, embaumait le voisinage au moment de la floraison.

 Pour les botanistes, le seringat (on écrit aussi seringa) appartient au  genre Philadelphus (famille des Hydrangéacées), qui compte une quarantaine d’espèces d’arbustes, tous originaires des régions tempérées de l’Hémisphère Nord., où ils poussent sur les collines rocailleuses de la Yougoslavie à la Chine et en Amérique du Nord. Il existe aussi une espèce originaire d’Amérique centrale, Philadelphus mexicanus, la seule qui présente une certaine sensibilité au gel. Les feuilles grandes, opposées, ovales et dentées ne sont peut-être pas décoratives, mais les fleurs en grappes peu touffues, d’un blanc laiteux, à quatre pétales obtus et aux nombreuses étamines répandent un parfum très fort, mais très doux, de fleur d’oranger.

Aujourd’hui, il existe de nombreux hybrides dont des hybrides à fleurs doubles moins odorants que ceux à fleurs simples mais à valeur décorative plus intéressante. Leur croissance est rapide, ils sont très rustiques et s’adaptent à la plupart des terrains. La diversité de leur taille et de leur port permet de les utiliser tant en culture isolée que dans un massif, une haie libre et aussi en jardinière ou en bac sur une terrasse.

 

 

 

  • quelques notes historiques :

 cliquez ici ⇒      notes

 

 

Merci de nous partager et de nous suivre :
5