27/12/2019
  • Société d'Horticulture d'Angers
Article proposé et mis en ligne par Guy Paris

Hermann von Pückler-Muskau (1785-1871), prince quelque peu excentrique — son ami le poète Heinrich Heine, le nommait « le plus fashionable de tous les originaux » — est surtout connu pour ses créations paysagères ( et ses nombreuses conquêtes féminines). L’Allemagne lui doit deux de ses plus beaux parcs à grande échelle : celui de Branitz dans le Brandebourg, et celui de Muskau en Saxe, aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’Unesco.
Très engagé politiquement dans les guerres de coalition  contre Napoléon, il passera  plusieurs années à voyager, dont une année en Angleterre après la défaite de l’empereur Français. Il épouse la comtesse Lucie von Hardenberg en 1818, mais s’en sépare rapidement, gardant des liens épistolaires et amicaux avec son ex-épouse. Il reste plusieurs années en Angleterre à la recherche d’une deuxième épouse riche capable de financer ses ambitieux projets de parcs, sans succès. Puis il voyage en Afrique du nord, Tunisie, Algérie, Egypte et Soudan où il explore l’ancienne Nubie. Il achète au marché des esclaves du Caire une adolescente qu’il nomma « Mahbuba ». Celle-ci mourra en Allemagne de la tuberculose à 16 ans.

 

Il fut également un prince écrivain. Il écrit en 1834 « aperçu sur l’art du jardin paysager ». Il écrit également « lettres d’un défunt » qui fut un « best-seller » de l’époque ainsi que de nombreux écrits de voyage en Orient. Sa passion du paysage fut partagée avec d’autres grands spécialistes de l’époque : Friedrich Ludwig von Skell (1750-1823) et Peter Joseph Lenné-(L’Ainé) (1789-1866). Il était très ouvert aux technologies nouvelles, il créa une machine à déplanter et replanter des gros arbres et mis au point une pompe à vapeur pour créer un courant d’eau et des étangs à Babelsberg.

 

 

Le parc Muskau (parc Muzakowski) a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2004 en tant que patrimoine culturel germano-polonais. Il a été créé par le prince Hermann von Pückler-Muskau entre 1815 et 1844, dans le parc de son château de Muskau, de part et d’autre de la Neisse en bordure de la frontière germano-polonaise en tant qu’œuvre paysagère harmonieuse « peinte avec la nature ». Le prince dut revendre ce joyau à cause des coûts exorbitants. C’est un autre prince, Frederik des Pays-Bas, frère du roi Guillaume II, qui racheta le domaine. Ce lieu devait être un endroit, où la nature, la culture et la technique se rejoignent. Il influença fortement l’architecture paysagère d’Europe et d’Amérique. La surface du parc est d’environ 830 hectares et s’intègre harmonieusement dans le paysage agricole environnant. Le parc abrite également un château reconstruit, des ponts et un arboretum. Des thermes y furent construits car il existait des sources d’eau chaude, mais l’éloignement d’avec Berlin provoqua leur abandon. Le château fut détruit par un incendie et reconstruit après la réunification de l’Allemagne.

 

Le parc et le château de Branitz près de Cottbus représentent le chef d’œuvre tardif du prince Hermann von Pückler-Muskau. Des modelages de terre finement courbés, des cours d’eau et des lacs élégamment aménagés ainsi que des compositions végétales à la finition parfaite font aujourd’hui de Branitz le point culminant du développement de l’architecture des paysages, et lui donnent à juste titre le rôle d’un jardin historique de renommée internationale. De 1846 à sa mort en 1871, le « prince vert » créa un parc à l’anglaise à partir d’un terrain agraire plat et aride. Le château, entouré de jardins à pergolas, sculptures et parterres de fleurs méticuleusement conçus, constitue le point central du parc. Depuis le château vers l’ouest, des sentiers joliment courbés mènent à travers le parc intérieur, aménagé en tant que nature idéalisée, à l’extraordinaire plaine de pyramides. Celle-ci rappelle le voyage de plusieurs années de Pückler en Orient. Les deux superbes pyramides furent construites en terre et recouvertes de verdure. La pyramide située au milieu d’un lac artificiel, enveloppée de vigne sauvage, est également la sépulture du prince depuis 1871 (voir photo entête). Le prince créera une immense orangerie où il cultiva des ananas.

Château et parc de Babelsberg : Le château  fut construit en 1833 dans le charmant paysage vallonné le long de  la rivière Havel comme résidence d’été pour le futur empereur Guillaume Ier et son épouse Augusta. Le vaste parc au bord de la Havel fut aménagé par Peter Joseph Lenné en jardin anglais. Dans les années 1840, c’est le Prince von Pückler-Muskau qui se chargea de l’aménagement du parc. Il conserva le système des allées que Lenné avait créé mais le compléta par de nombreux petits chemins de promenade ayant vue sur Potsdam. Il retravailla le terrain de jeux et le jardin de fleurs du château et garnit les terrasses de riches décorations. Le pont sur la rivière Havel, est célèbre car il fut le lieu d’échange d’espions entre L’Est et L’Ouest pendant la guerre froide.

 

 

 

 

 

 

Château d’Ettersburg : La Duchesse Anna Amalia l’utilise comme résidence d’été entre 1776 et 1782 et crée le petit jardin anglais. A l’époque du grand-duc Alexandre (1842-1894), château et parc sont considérablement agrandis. Goethe y séjournait l’été. Le chemin de randonnée commence au château d’Ettersburg, passe par le « Pücklerschlag » jusqu’au « Stern » où, au XVIIIe siècle, se trouvait un petit pavillon de chasse, et de là, se dirige directement vers l’ancien camp de concentration de Buchenwald.

 

 

Château d’Altenstein : Résidence d’été de la famille Saxe-Meiningein, une grande réception se tient à Altenstein, le , en l’honneur de l’anniversaire de la princesse Adélaïde épouse duc de Clarence, futur roi d’Angleterre, sous le nom de Guillaume IV. Le parc est agrandi entre 1846 et 1852, sous la direction d’Eduard Petzold, élève de Pückler-Muskau. Le château a subi un incendie important en 1982 et est en reconstruction. Ce château est lié à l’histoire de la « Réforme », car c’est derrière le château que Frédéric de Saxe fit enlever secrètement Luther dans la vue de le sauver en le faisant transporter à la Warburg.  Il est situé dans un parc romantique, avec cascade et grotte naturelle.

 

Château et parc de Wilhelmsthal : Le duc Charles-Alexandre de Saxe-Weimar-Eisenach confie au prince von Pückler-Muskau son aménagement entre 1852 et 1855. Celui-ci fut aidé par Eduard Petzold et Hermann Jäger. À l’extérieur du parc se trouvent plusieurs ” étoiles de chasse ” dans la forêt. Ces ronds-points sont le centre de plusieurs percées partant en étoile vers certains points et rappellent qu’ils servaient autrefois au divertissement de la chasse des princes. Le parc comporte 9 pavillons sur le modèle de Marly-le-Roi.

 

 

 

 

Hermann von Pückler-Muskau, créateur de parcs, écrivain, séducteur, est devenu un label pour la Lusace (région historique dans le nord-est de l’Allemagne et le sud-ouest de la Pologne. Elle s’étend sur le sud du Land de Brandebourg et l’est de la Saxe à l’ouest des voïvodies de Basse-Silésie et de Lubusz). Ce label nommé Furst-Pückler-Land crée une synthèse entre le romantisme du XIXème siècle, l’industrie du XXème siècle par la réhabilitation d’anciennes carrières de lignite à ciel ouvert et l’aspect plus kitsch du Fürst-Pückler-Eis, dessert créé par le chef de la maison royale prussienne, Louis Ferdinand Jungius en 1839 en hommage au Fürst (prince), dessert très populaire encore aujourd’hui.

 

 

 

Merci de nous partager et de nous suivre :
3