Les plantes du mois

Accueil / Les plantes du mois

Le Tetracentron sinense est le seul représentant du genre Tetracentron, appartenant à la famille des TetracentraceaeIntroduit en Europe en 1901 par E.Wilsonil est originaire du centre et du sud-ouest de la Chine, du nord du Vietnam, du nord du Myanmar, du Népal, du Bhoutan et des régions du nord-est de l’Inde. Dans ses contrées d’origine, où il est en passe de disparaître, cet arbre atteindra 30 m de hauteur.Un bel arbre caduc d’origine chinoise, rare en culture. Atteignant 12 m de hauteur sous nos climats, doté d’un joli port arrondi, il est apprécié pour son feuillage en forme de coeur coloré de rouge en automne, mais aussi pour sa floraison en longs chatons pendants jaunâtres suivie d’une fructification décorative, disposée en guirlandes tout le long des rameaux. Bien rustique (jusqu’à -15°C), il se cultive idéalement à mi-ombre, de préférence dans un sol frais, acide à neutre, sans excès de calcaire.

Lire la suite

Lors de la dernière bourse aux plantes, Jean-Yves Caillard nous a proposé un plant de Duranta erecta  ‘Geisha Girl’.

Le vanillier de Cayenne (Duranta erecta, syn. Duranta repensDuranta plumieri) est un arbuste buissonnant, dressé à étalé, voire un petit arbre, aux rameaux souples, au feuillage persistant, qui pousse dans les zones tropicales d’Amérique Centrale, d’Amérique du Sud et du Sud des Etats-Unis, principalement dans les fourrés, les broussailles et les forêts claires, mais il est de plus en plus cultivé comme plante ornementale dans les jardins tropicaux;

C’est une plante vivace à feuilles persistantes faisant partie de la famille des Verbénacées. Elle présente des feuilles de 4 à 8 cm, vertes, claires ou foncées, voire panachées. La floraison des Duranta a lieu de mai à septembre. Les plantes présentent de petites fleurs en forme de tube à pétales de couleur bleu lilas à violette, organisées en panicules retombantes. Elles ont un léger parfum de vanille. Ces fleurs produisent des drupes, attirantes pour les oiseaux, de couleur jaune puis orange. Les fruits, noirs à maturité, sont toxiques. Cependant, les fruits lorsqu’ils sont jaunes ou oranges ont un très bel effet décoratif. Cet arbuste au port pleureur de croissance rapide est originaire d’Amérique centrale. Il atteint une hauteur de 2 m, pour une largeur de 2 m en pot, jusqu’à 6 m × 4 m dans son habitat tropical. Plante non rustique, elle meurt à -3 °C et le feuillage se détériore en dessous de 5 °C.

À cause de sa non-résistance au froid, le lilas de Perse est à cultiver en pots ou bacs, à l’extérieur d’avril à fin septembre, puis à hiverner en serre tempérée ou en véranda lumineuse.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le genre Corylopsis représente environ une trentaine d’espèces de plantes vivaces au feuillage caduc de la famille des Hamamelidaceae,qui sont originaires de Chine , Corée et Japon. Il regroupe près de 30 espèces de plantes buissonnantes. Une des espèces les plus communes est Corylopsis pauciflora qui a fait son entrée en Europe vers 1864. Ce dernier préfère les endroits légèrement ombragés et s’intègre parfaitement dans une haie libre. Le Corylopsis pauciflora est un arbuste original avec une floraison en grappes de fleurs jaunes, parfumées qui apparait avant les feuilles semblables à celles du noisetier.

Attention, il n’aime pas le calcaire !

Lire la suite

Pour continuer notre série sur les conifères, lors de notre escapade dans les parcs du segréen le 25 août dernier et plus précisément au Château de la Jaillière, notre spécialiste des arbres-Jean-Yves Caillard- nous a indiqué la présence d’un Cyprès de Lambert. Cet arbre est devenu rare dans les parcs de la région car il a été décimé par les gelées mémorables des années 1986-1987. Originaire de Californie où il pousse spontanément, le Cyprès de Lambert (ou Cyprès de Monterrey)-Cupressus macrocarpa-est un conifère  de 10 à15 m de haut avec un port conique devenant étalé avec l’âge. Les fruits du Cupressus macrocarpa, appelés strobiles, sont de petits cônes qui contiennent de nombreuses graines ailées. Cet arbre fut beaucoup planté sur les côtes bretonnes dans les année 50, 60, 70, sa résistance aux embruns et aux vents y est certainement pour quelque chose. La plantation en alignement permet de créer des brises vents naturels.

 

Lire la suite

Le pin de Wollemi (Wollemia nobilis) n’a été découvert qu’en 1994 en Australie du Nord dans le Wollemia National Park, par un garde forestier dénommé David Noble. Ce conifère de la famille des Araucariaceae est le dernier représentant d’un genre datant du crétacé, soit il y a environ 200 millions d’années, que l’on pensait définitivement disparu. C’est un arbre qui peut atteindre 40 m de haut dont le feuillage rappelle celui des fougères et des Cycas. Il est persistant et supporterait des températures de -12°C. Le pin de Wollemi n’est pas sensible aux maladies ni aux attaques de parasites, il vous faudra simplement un grand jardin. Plusieurs jardins botaniques permettent de le découvrir : Jardin de Plantes de Paris, Jardin Botanique de Montpellier, Arborétum national de Chèvreloup, Parc Phoenix de Nice et même Terra Botanica à Angers.

Lire la suite

Ce conifère, très proche du genre Taxus  par son feuillage, a reçu une appellation vernaculaire originale de « pin japonais (ou chinois) à queue de vache » en référence à la forme de ses branches légèrement retombantes, mais surtout pour le distinguer de tous les autres conifères d’origine asiatique, nommés eux aussi « pin japonais » ou « pin chinois ». Cephalotaxus est en effet spécifiquement originaire de Chine et du Japon.

La croissance de Cephalotaxus est très lente. Ces espèces sont assez rares dans les jardins, elles se rencontrent davantage chez les collectionneurs, les amateurs férus de jardins asiatiques ou ceux qui créent des arboretums. Dans un jardin particulier, la présence de l’arbuste demande de l’espace pour mieux mettre en valeur sa forme, à moins de choisir la variété fastigiée afin de l’inclure au sein d’un grand massif mixte ou de la placer en point focal d’une composition.

Lire la suite

Les conifères nains sont très appréciés dans les jardins. Abies koreana ‘Ice Breaker’ est un sapin de Corée nain au feuillage blanc qui se panache ensuiteb de vert lorsque la pousse se développe. Son port est étalé. Il apprécie les sols frais et bien drainés. Ne pas hésiter à l’arroser en cas de sécheresse et de fortes chaleurs. De sélection allemande, il est issu d’un « balai de sorcière » trouvé sur un Abies koreana ‘Silberlocke’.

 

Lire la suite

Le genre Keteleeria comprend  3 espèces et quelques taxons douteux mal définis et souvent inclus dans les autres espèces. Elles sont endémiques des régions tempérées chaudes de Chine, de Taïwan et de là jusqu’au Nord du Laos et du Vietnam. Quelques fossiles ont été retrouvé en Europe. Ce sont de grands arbres à feuillage persistant qui ont une apparence de sapin avec des branches verticillées et étalées. D’abord conique, avec l’âge, leur couronne prend la forme d’un parasol. Bourgeons ovales à globuleux mais non résineux. Feuilles en forme d’aiguille, linéaires, aplaties sur les deux faces, arrangées en spirale mais principalement étalées sur 2 rangs nettement pectinés. Comme chez Abies, la cicatrice des feuilles après abscission est persistante. Nervure principale saillante et bandes stomatales peu distinctes. Face supérieure verte et brillante l’inférieure étant terne et plus pâle. Apex pointu chez les jeunes pousses mais arrondi chez les feuilles plus âgées.

Les fleurs mâles sont axillaires ou terminaux et prennent naissance d’un bourgeon écailleux. Les fleurs femelles sont terminales et dressées sur des rameaux courts et densément feuillés. A maturité les cônes sont cylindriques et érigés. Les bractées sont petites et ne dépassent pas les écailles. Contrairement au genre Abies qui conserve le rachis attaché au rameaux, chez Keteleeria les cônes se désagrègent totalement pour laisser échapper les 2 graines logées à l’aisselle de chaque écaille ligneuse. L’aile de la graine est presque aussi longue que l’écaille qui l’abrite. Les cotylédons sont au nombre de 2 et restent bien souvent souterrains.

Les espèces de ce genre sont très rares en culture. Dans nos régions la plupart reste de petits arbres et sont parfois même seulement buissonnantes. Leur croissance est plus rapide que celle des sapins (Abies) mais leur rusticité ne dépasse pas la zone 7 soit environ autour de -15°C maximum. Sols drainés et protection hivernale les premières années.

Il y a un représentant de ce genre à l’arborétum Gaston Allard du côté de le serre et du bassin : il suffit de lever la tête !

Lire la suite

Ce mois ci, Yves Leguennec vous propose une fiche sur Saxifraga fortunei

saxifraga fortunei

 

Lire la suite

Ce mois ci, Yves Leguennec vous propose un dossier sur le Diosperos kaki ou plaqueminier :

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous :

diosperos kaki

 

 

Lire la suite