Les plantes du mois

Accueil / Les plantes du mois

Les conifères nains sont très appréciés dans les jardins. Abies koreana ‘Ice Breaker’ est un sapin de Corée nain au feuillage blanc qui se panache ensuiteb de vert lorsque la pousse se développe. Son port est étalé. Il apprécie les sols frais et bien drainés. Ne pas hésiter à l’arroser en cas de sécheresse et de fortes chaleurs. De sélection allemande, il est issu d’un « balai de sorcière » trouvé sur un Abies koreana ‘Silberlocke’.

 

Lire la suite

Le genre Keteleeria comprend  3 espèces et quelques taxons douteux mal définis et souvent inclus dans les autres espèces. Elles sont endémiques des régions tempérées chaudes de Chine, de Taïwan et de là jusqu’au Nord du Laos et du Vietnam. Quelques fossiles ont été retrouvé en Europe. Ce sont de grands arbres à feuillage persistant qui ont une apparence de sapin avec des branches verticillées et étalées. D’abord conique, avec l’âge, leur couronne prend la forme d’un parasol. Bourgeons ovales à globuleux mais non résineux. Feuilles en forme d’aiguille, linéaires, aplaties sur les deux faces, arrangées en spirale mais principalement étalées sur 2 rangs nettement pectinés. Comme chez Abies, la cicatrice des feuilles après abscission est persistante. Nervure principale saillante et bandes stomatales peu distinctes. Face supérieure verte et brillante l’inférieure étant terne et plus pâle. Apex pointu chez les jeunes pousses mais arrondi chez les feuilles plus âgées.

Les fleurs mâles sont axillaires ou terminaux et prennent naissance d’un bourgeon écailleux. Les fleurs femelles sont terminales et dressées sur des rameaux courts et densément feuillés. A maturité les cônes sont cylindriques et érigés. Les bractées sont petites et ne dépassent pas les écailles. Contrairement au genre Abies qui conserve le rachis attaché au rameaux, chez Keteleeria les cônes se désagrègent totalement pour laisser échapper les 2 graines logées à l’aisselle de chaque écaille ligneuse. L’aile de la graine est presque aussi longue que l’écaille qui l’abrite. Les cotylédons sont au nombre de 2 et restent bien souvent souterrains.

Les espèces de ce genre sont très rares en culture. Dans nos régions la plupart reste de petits arbres et sont parfois même seulement buissonnantes. Leur croissance est plus rapide que celle des sapins (Abies) mais leur rusticité ne dépasse pas la zone 7 soit environ autour de -15°C maximum. Sols drainés et protection hivernale les premières années.

Il y a un représentant de ce genre à l’arborétum Gaston Allard du côté de le serre et du bassin : il suffit de lever la tête !

Lire la suite

Ce mois ci, Yves Leguennec vous propose une fiche sur Saxifraga fortunei

saxifraga fortunei

 

Lire la suite

Ce mois ci, Yves Leguennec vous propose un dossier sur le Diosperos kaki ou plaqueminier :

Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous :

diosperos kaki

 

 

Lire la suite

Ce mois-ci, Yves Leguennec vous propose une fiche sur le Ceratostigma plumbaginoides :

Cliquez sur le lien ci-dessous pour ouvrir le fichier :

ceratostigma plumbaginoides-converti

 

Ceratostigma vient du grec keratos, « corne » et stigma, « stigmate » en allusion aux excroissances en forme de corne que l’on trouve sur les stigmates de la fleur

Plumbago qui désignait en latin une plante indéterminée vient de plumbum signifiant « tache sur l’oeil », la dentelaire servant par le passé à traiter ces affections.

Lire la suite

« Je profite des derniers jours de l’automne pour vous parler d’un hydrangea un peu différent.
Il fait partie de l’espèce serrata ce qui lui donne une bonne résistance au froid. Et oui, il nous
vient des montagnes japonaises. Il est compact, mesure environ un mètre de haut. En juin il
produit de nombreuses inflorescences plates roses puis rouges à l’automne. Les fleurs sont
semi doubles. Son feuillage qui est vert foncé durant l’été, prend une couleur rouge feu à
l’automne.
Quand je vous aurai dit que c’est une création angevine, qu’il a eu une distinction à Courson
et qu’il est en vente chez notre adhérent partenaire pépinières Boos Hortensia, j’espère que je
vous aurai convaincu de l’essayer dans votre jardin »

Yves Leguennec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.hortensia-hydrangea.fr/

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

« Je ne suis pas un connaisseur en rosiers mais j’aime avoir au jardin des roses à fleurs
panachées et Ferdinand Pichard en est un bon exemple. Je ne sais pas si vous le voyez dans
la catégories Roses Anciennes, en tout cas il est le résultat d’une hybridation de Tanne de
1921. Il peut atteindre 1.5m de haut avec des branches solides légèrement retombantes. Son
feuillage vert foncé et brillant résiste plutôt bien aux différentes maladies. Les fleurs de plus de
5cm de large apparaissent abondamment au début de l’été avec une légère remontée
ensuite. Elles sont légèrement parfumées, doubles, bicolores rose fuchsia et blanc.
Quand je vous aurai dit qu’on peut le planter en isolé dans les massifs d’arbustes ou en haie
bocagère et que vous le trouverez chez notre adhérent partenaire les roses Loubert aux
Rosiers sur Loire j’espère vous avoir convaincu avec mon coup de cœur. »

Yves Leguennec

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.pepiniere-rosesloubert.com/

Lire la suite

Yves Leguennec vous propose un article sur l’Hibiscus syriacus ‘Nolwenn’ :

« Aujourd’hui je voudrais plus vous parler de l’histoire de cet hibiscus que de vous en faire sa description botanique.
Beaucoup de jardiniers connaissent Hibiscus syriacus qui fleurit dans nos jardins en été. Il en existe de nombreuses sélections à fleurs simples ou doubles aux couleurs allant du blanc au pourpre certaines ayant même des feuilles panachées. C’est une plante facile à cultiver. Passons donc à Nolwenn. Un jour en allant à la déchetterie de Villechien mon regard fut attiré par un hibiscus vigoureux à grandes fleurs semi-double aux nuances lie de vin. Je me suis renseigné auprès
de l’heureux propriétaire et lui ai demandé la permission de prélever quelques greffons durant l’hiver suivant. Il m’a aussi expliqué que c’était sa femme décédée qui aimait les plantes et qui avait récolté ce semi d’althéa chez des amis.
Dans l’entreprise ou je travaillais nous avions pris l’habitude de nommer les plantes que nous avions sélectionnées durant leur phase d’observation par un mot commençant par K. Durant cette période j’ai lu un article sur un oiseau sans ailes originaire d’Australie nommé Kakapo. Blague de potache, voici baptisé notre hibiscus. Ensuite les plantes qui étaient mises au catalogue récupéraient un nom plus commercial, sauf  (et ne me demandez par pourquoi) notre ami Kakapo. Après plusieurs années l’équipe commerciale a rebaptisé Kakapo en Nolwenn nom sans doute plus politiquement correct. Voilà la vraie histoire. Mais vous pouvez toujours dans vos recherches le nom de Kakapo dans les listes d’hibiscus. »

Lire la suite

Ce mois-ci Yves Leguennec vous propose un dossier sur l’Heliantus‘Lemon Queen’.

Voici une plante vivace facile de culture qui pourra enchanter un coin de votre jardin durant le mois
de septembre. Elle a besoin d’un peu d’eau durant l’été pour arriver au top de sa forme à l’automne
au moment de la floraison. Elle dépasse le mètre cinquante de hauteur mais ses tiges restent solides.
Les fleurs jaune citron sont grandes de 3 à 5 cm de diamètre juste comme il le faut pour rester
élégantes. Pour le terrain, une bonne terre de jardin lui va bien. Pas de soucis particuliers de culture.
Elle peut être associé aux asters. Dans mon jardin elle est juste derrière un hydrangea arborescens
‘Strong Annabelle’
Bonne plantation

Y. Leguennec

 

 

 

 

Lire la suite

Connaissez-vous le calocèdre ? C’est un conifère californien cousin du thuya. Appelé dans un premier temps « libocèdre », Calocedrus decurrens est une espèce très rustique des montagnes de Californie et de l’Orégon. Son feuillage vert foncé et brillant rappelle celui du thuya mais avec des écailles disposées sur quatre rangs, beaucoup plus longues. On dit qu’elles sont décurrentes. Les fleurs mâles au pollen jaune d’or lui donnent un aspect mordoré en janvier. A partir de 50 ans, les fleurs femelles à peine visibles donnent naissance à des cônes vert orangé de 2 cm de long.

Son nom vient du mot grec « callos » qui signifie beau et « kedros » qui désigne le cèdre en grec.

Calocedrus decurrens fut introduit en Europe comme arbre d’ornement dans les grands parcs. Cet arbre est actuellement en test dans la zone méditerranéenne pour sa bonne tolérance aux sols secs, pauvres et dégradés, calcaires ou acides. L’arbre absorbe de très grandes quantités d’eau par le feuillage et se montre plus résistant à la sécheresse que le pin.

Lire la suite